Généralités

André Brouillet, Une leçon clinique à la Salpêtrière, 1887.

Présentation :

Les arts visuels et la littérature sont en constant dialogue : l’histoire des textes et des images dessine la trame d’un maillage qui nous mène jusqu’à l’antiquité (ut pictura poesis horacien, « en poésie comme en peinture ») en passant par les enluminures médiévales, et, pourquoi pas, jusqu’à la préhistoire, puisque certain.ne.s préhistorien.ne.s suggèrent que l’exécution des peintures pariétales était peut-être accompagnée de narrations orales. Devant l’étendue et la complexité du sujet, il est donc nécessaire de choisir un point de vue depuis lequel traiter la question. Afin de délimiter un périmètre d’études, nous suivrons l’axe suivant, pour différentes raisons que nous détaillerons : La diffusion et la médiatisation de la science dans la culture au XIXe siècle : entre didactisme et sensationnalisme.

Pourquoi le XIXe siècle ?

  • c’est le grand siècle de la presse, des médias, du journalisme. Nous consacrerons un cours sur les raisons, les paramètres et l’impact de la prolifération de l’imprimé.
  • conséquemment aux innovations techniques qui ont notamment permis l’expansion de l’imprimé, c’est aussi le siècle de l’image qui se diffuse aussi de plus en plus largement. Son dialogue avec les textes s’intensifie naturellement.
  • c’est l’inauguration d’un sensationnalisme nouveau, nourri par les possibilités offertes par l’industrie et par l’émergence d’une société du spectacle.
  • il est marqué par un projet de diffusion de la science, en laquelle est placée une confiance inédite, dans le sillage du projet démocratique.
  • Ces éléments ouvrent la voie à une « crise de la modernité » et dégagent un terrain sur lequel s’affronteront science et religion.
  • C’est un véritable laboratoire d’idées politiques, virtuelles ou réalisées (différents régimes se succèdent– Empires, Monarchies, Républiques – émergences de nouveaux projets, d’utopies, tentatives de les imposer par l’action révolutionnaire), pour lesquelles textes et images viennent jouer un rôle de médiation.   
  • C’est aussi la constitution de la foule comme force politique (émeutes, révolutions, terrorisme, démocratie) et l’émergence de nouvelles classes.

L’observation de la diffusion de la science dans les lettres et l’image à travers ce siècle permet de brasser ces sujets. Il s’agit d’un point de vue à partir duquel aborder les notions plus vastes relatives au dialogue littérature/ arts visuels.

Axes d’étude :

Nous étudierons en particulier trois axes qui permettront de dresser un panorama des formes que peut prendre la diffusion de la science par le texte et l’image.

  • Un exemple issu des sciences naturelles : de la paléontologie à la pop-culture, images du dinosaure.
  • Un exemple issu de la médecine : la mise en spectacle de la folie dans la culture fin-de-siècle.
  • Un exemple issu de la technique et de l’industrie: la notion de gigantisme comme outil de séduction des foules.

Approches disciplinaires et méthodologiques :

L’examen de ces sujets emprunte nécessairement des champs disciplinaires déjà balisés qui s’offrent comme des outils opérants pour les explorer.  

Analyses textes/ images :

Elles permettent la mise en relation entre textes et images, qui ne sont pas pris séparément, mais font l’objet d’une lecture croisée. Il s’agit d’observer ce qui se joue à l’intersection de ces deux régimes de représentation, comment leurs messages s’enrichissent mutuellement, comment ils produisent du sens conjointement avec leurs moyens propres.

Visual studies :

Ce récent domaine d’étude envisage la culture visuelle comme un rapport social entre les personnes, médiatisé par des images. Les visual studies se donnent aussi pour rôle d’analyser la circulation du savoir entre les gens et les classes par les images. Il s’agit donc d’une histoire du regard socialisé et historicisé (compris dans une histoire visuelle et plus largement culturelle plutôt qu’envisagé de manière autonome).  

Epistémocritique :

Ce mot valise mariant épistémologie (étude des sciences, de leur langage, de leur diffusion, de l’histoire de leurs méthodes) et critique (en référence à la critique littéraire en particulier) renvoie à l’analyse de l’inscription du savoir scientifique dans la littérature. Il s’agit de considérer la littérature et la science comme deux espaces où des savoirs hétéroclites circulent. En retour, certaines recherches ambitionnent de mettre au jour une certaine littérarité (caractère littéraire d’un texte) de l’écriture scientifique, en particulier aux époques où la séparation des « deux cultures » (humanités et sciences exactes) n’est pas encore clairement consommée.

Sociocritique :

Nous pourrons, ponctuellement, avoir recours à cette discipline qui, comme le mot-valise l’indique, met en jeu la sociologie et la critique littéraire.  Elle implique l’analyse des réalités sociales inscrites dans le texte. Il s’agit donc d’observer les faits transmis par la fiction mais aussi de comprendre cette dernière comme faisant écho à la « réalité » extérieure plutôt que comme un produit autonome, replié sur ses paramètres formels et stylistiques.

Médiologie :

Comme son nom l’indique, c’est une science de la médiation. Elle vise à étudier les manières dont la technique et la culture se nourrissent et considère que l’histoire culturelle est avant tout informée par celle de la technique, qui impacte et diffuse les productions artistiques. Cette discipline accorde donc autant de crédit à l’image qu’à son support et son contexte technique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.