Un conte de faits : la “fée électricité”, merveille de la raison (1)

La Lumière électrique (revue crée en 1879)

Déplacement du merveilleux

De la même manière que Jean de Palacio évoquait une « perversion du merveilleux »  perceptible dans l’atmosphère culturelle fin-de-siècle (Les Perversions du merveilleux, Persée, 1993), on peut parler, à la même époque, d’un déplacement du merveilleux, dont l’emploi courant du terme « fée » pour désigner l’électricité atteste bien. Ou plutôt, nous pouvons conserver l’idée de « perversion » en revenant à son étymologie qui suggère d’abord l’idée de détournement : dans cette perspective, la science détourne le langage merveilleux (dont le mot « merveille » lui-même, pensons au genre « merveilleux scientifique », apparent oxymore servant à désigner l’ancêtre de la SF), créant ses propres contes de fées avec une matière nouvelle, tout comme la culture fin-de-siècle, qui s’oppose souvent à la science, détourne la matière merveilleuse déjà existante. Les deux gestes antagonistes semblent se prolonger et contribuer chacun de leur côté au saccage de la tradition, procédant par caricature, pillage, détournement, donc.   

L’électricité porte en elle-même les possibilités de son extrapolation dans l’imaginaire : en permettant principalement (et pragmatiquement) d’apporter de la lumière, elle prête le flanc à l’image de la raison qui éclaire la nuit, rationnalise le monde, selon la métaphore courante qui nous conduit jusqu’à Prométhée, qui déroba la lumière pour la donner aux hommes (nous pouvons aussi penser au fiat lux biblique – que la lumière soit ! qui déboucherait sur une image démiurgique de l’ingénieur). L’idée de l’hybris (excès d’ambition qui mène à la tragédie) de l’homme dans sa conquête de la raison métaphorisée par la maîtrise de l’électricité ne date pas de la seconde moitié du siècle et a, symptomatiquement, déjà emprunté l’image de Prométhée lorsque Mary Shelley sous-titrait son Frankenstein (1818), « Prométhée des temps modernes » : l’image est bien mobilisée ici pour évoquer une humanité inconséquente dans son usage de la science, fautant par orgueil, voulant dérober aux forces divines ou à la nature le pouvoir de créer la vie et ne délivrant qu’une caricature d’humanité qui lui rappelle sans cesse sa culpabilité.  Cet exemple issu du romantisme noir nous montre certes une mise en garde contre les excès de la science sans conscience mais également une exploitation d’un thème scientifique pour motiver un récit fantastique : Mary Shelley inaugure une démarche qui sera largement imitée, continuée, et qui dit bien les potentialités stimulantes pour l’imaginaire du thème de l’électricité.

Réclame montrant une allégorie

                De manière générale, la littérature va reproduire ce geste de mise à contribution de la science pour remotiver le fantastique : la science, plutôt que de rationnaliser le monde littéraire et d’en contraindre l’imaginaire, le stimule au contraire en lui ouvrant d’autres horizons, mais surtout en lui laissant entrevoir d’autres possibles. Même pour les esprits les plus épris de science, celle-ci donne à penser un monde où tout est possible, et où le surnaturel n’est qu’un naturel pas encore rationnalisé ou systématisé. En témoigne cette maxime de Flammarion à propos des revenants : « L’inconnu d’hier est la vérité de demain ». Dans cette contamination et cette stimulation de l’imaginaire romanesque par la science, l’électricité joue un grand rôle, pas seulement en la nourrissant sur le plan thématique (pensons à un roman comme L’Eve future, dans lequel Villiers de Lisle-Adam imagine le premier androïde de l’histoire de la littérature), mais également pour métaphoriser notre rapport à ce qui est invisible, mais pourtant bien là, comme l’objet de la folie du narrateur du Horlà (Maupassant) sur lequel nous reviendrons dans un prochain cours :

« Apercevez-vous l’électricité ? Et cependant elle existe !
Cet être, que j’ai nommé le Horla, existe aussi.
 »

Représenter l’invisible

                J’ai ouvert ce cours en évoquant le motif de l’électricité comme une image de ce qui éclaire la nuit, de ce qui rationnalise le monde et domestique les démons de l’obscurantisme avant de rapidement évoquer ses capacités à paradoxalement motiver le fantastique et la pensée surnaturelle. C’est précisément parce que l’électricité est une force qui échappe à la vision : invisible, elle avoisine l’inconnu. D’ailleurs, nous pouvons nous arrêter sur les mots que j’ai utilisés tout à l’heure : pour qu’il y ait « images » ou « motifs » de l’électricité, le XIXe siècle a du emprunter à la tradition, et compter sur les possibilités techniques de son temps. Le traitement de l’électricité par l’image apparaît donc comme un thème privilégié depuis lequel observer les stratégies de représentations visuelles. 

Allégorie de l’électricité

 La tradition visuelle s’est depuis longtemps confrontée à la représentation de l’invisible, selon d’autres paramètres : l’image doit se passer des mots de la littérature pour représenter des idées abstraites. Pour cela, elle a fait usage des allégories, des personnifications (pour emprunter ses termes à la littérature), en chair et en os, de concepts, de sentiments,  d’idées… dont les motifs trament un système de codification assimilables par qui les maîtrise.  Vous avez sans doute déjà croisé des allégories du temps, que vous avez reconnue grâce à ses attributs évocateurs (un sablier, une faux, que l’on retrouve dans l’image peut-être plus répandue encore de la mort), de la justice aux yeux bandés portant une balance ou, plus récemment pour la période qui nous concerne, de la République, incarnée par Marianne dont la IIIe République diffuse massivement l’image. Le caractère inédit de ces représentations tient en ce qu’il ne s’agit plus, pour l’électricité, de représenter une idée abstraite, mais une énergie réelle, concrète mais impalpable. L’usage de l’allégorie est à ce titre parlant sur la démarche fantasmatique qu’adopte l’imaginaire pour investir ce thème : la visibilisation de l’électricité ne serait-elle pas plus assimilable à ces images de fantômes sur lesquels on jette un voile blanc sans lequel elles cesseraient d’exister, n’ayant rien à montrer ? Pourtant la récurrence des motifs et des formes dont témoignent les images montrées ici fait bien pencher ces représentations du côté de l’allégorie…  

                Ces effets de transferts de l’abstrait au concret procèdent donc de mise en circulation de motifs récurrents dont la répétition même, la fréquence du réemploi, va permettre l’inscription dans l’imaginaire et, donc, l’identification. Chacun de ces motifs nous renseigne sur les enthousiasmes d’une époque : la torche qui éclaire la nuit renvoie donc à l’idée de raison, nous l’avons vu tandis que les éclairs tenus d’une main ferme évoquent la maîtrise des forces naturelles supposées ingérables ; ce thème de la domestication de la nature est courant au XIXe siècle, nous avons pu l’observer chez Jules Verne, et nourrit amplement l’idéologie du Progrès. Enfin, nous retrouvons ponctuellement l’image du phare dont le sens est différent : bien plus qu’il n’éclaire, il guide, nuance de sens qui donne un aspect directionnel à la notion de Progrès, qui apparaît comme un idéal vers lequel tendre et que la tour Eiffel, érigée en 1889, semble incarner.    

Des usages culturels

Danseur et danseuse “électriques”

                Sa traduction en images n’est pas la seule forme que prend l’influence de l’électricité sur les arts visuels. Nous aurons l’occasion d’apprécier son impact sur l’art et la littérature à travers quelques exemples, mais opérons d’abord un petit détour historique pour observer son effet sur les lieux-mêmes de la culture visuelle. L’électricité remplace peu à peu l’éclairage au gaz dans les lieux publics, y compris les lieux culturels. Elle est donc présente dans la salle (éclairage) mais aussi sur scène : certains dramaturges (ainsi que des « metteurs en scène », même si la notion n’apparaît qu’un peu plus tard) et acteurs du monde du spectacle vont très tôt montrer un usage créatif de l’électricité.

La “Danse serpentine” de Loie Fuller

Ainsi, dès le milieu du siècle, l’opéra Un Prophète de Meyerbeer est largement salué pour sa mise en scène grandiose (nombreux effets créant un semblant de réalité) notamment parce qu’il invite pour la première fois l’électricité sur scène (qui figure un lever de soleil). Il faut essayer de se représenter l’impact d’un tel effet visuel sur l’imagination d’un public qui, d’une part, n’a pas l’électricité chez lui, d’autre part, n’a jamais apprécié un lever de soleil artificiel sur scène capable de renvoyer une telle lumière. Au fil du siècle, cet usage sera affiné afin de rendre des effets d’atmosphères auxquels l’électricité ne sera pas la seule à contribuer (on s’intéressera notamment à l’odoroscopie, moyens de diffuser des effluves dans la salle pour accompagner la narration), mais contribuera grandement, notamment en permettant des éclairages plus libres. Souvenons-nous, nous l’avons évoqué à propos de la génération symboliste et décadente, qu’un certain public aspire à un art total, ce qui passe notamment par la convocation de tous les sens. Ce public côtoie (même s’il cherche à s’en distinguer) un public plus populaire auquel on veut offrir des spectacles divertissants, pour lesquels l’électricité peut aussi être mise à contribution.

Loie Fuller représentée par Toulouse-Lautrec

Enfin, de façon plus inattendue, mais s’inscrivant dans ce projet de spectacularisation, l’électricité investit également les costumes et les bijoux portés par les artistes de la scène (acteur.ices, danseur.euse.s…). Ces innovations inspirent un rapport nouveau aux mouvements (au sens corporels) chorégraphiques qui vont alors prendre en compte les possibilités offertes par la lumière, projetée et mise en mouvement sur la matière, comme Loie Fuller et sa Dans serpentine aux ondulations hypnotiques. Mobilisation d’une riche palette de possibilités visuelles (mouvement, lumière, matière), mise en avant de la liberté et de l’imprévisibilité des formes, véritable défi lancé aux arts graphiques figés, il est peu étonnant que la danse de Loie Fuller ait inspiré un nombre conséquent d’artistes, en particulier dans le sillage du symbolisme et de l’Art Nouveau.      

Sculpture de la danseuse par F. R. Larche, artisan art nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.