Un conte de faits : la “fée électricité”, merveille de la raison (2)

O. Uzanne (auteur), A. Robida (illustrateur), « La fin des livres » dans les Contes pour les bibliophiles (1895)

Un objet de doute : entre fascination et méfiance

                L’exemple de Frankenstein nous a déjà amenés à nuancer l’idée d’une consécration générale de l’électricité comme énergie du progrès unanimement admis. La littérature offre un terrain fertile pour recevoir les appréhensions que peut susciter l’électricité et, plus largement, le progrès technologique auquel elle renvoie. Nous avons également évoqué l’exemple de La Nouvelle Eve, de Villiers-de-Lisle Adam où il imagine un jeune homme se tournant vers un scientifique pour que celui-ci réalise, notamment par des moyens électriques, une copie artificielle de son amante, hélas trop bête, qui aura la politesse de ne pas trop parler (le progrès social, lui, attendra). Cet « andréïde », Eve future issue de la technologie humaine et portant le nom de Hadaly (« idéal ») représente les prétentions démiurgiques d’une humanité qui sabote ses propres idéals. Villiers est familier de ce genre d’attaques contre un progrès technologiques mis au service d’industriels hermétiques à toute idée de beauté et de grandeur morale, lorsqu’il imagine notamment, dans ses Contes cruels, un « affichage céleste » mis en place par un bourgeois projetant ses publicités sur le ciel nocturne par des moyens électriques, signant une conquête des étoiles par la réclame plutôt que par la poésie…

Les premiers podcasts ?
Le futur, mais avant les airpods

O. Uzanne (auteur), A. Robida (illustrateur), « La fin des livres » dans les Contes pour les bibliophiles (1895)

                De manière moins attendue, on retrouve ces doutes chez Jules Verne, dans un livre publié de manière posthume mais proposé (et refusé par lui) à son éditeur Hetzel en 1860, Paris au XXe siècle. On y suit Michel, le personnage principal, qui, en l’an 1960, s’évertue à réclamer les grandes œuvres littéraires du passé aux libraires, qui ne peuvent répondre à sa requête, ne connaissant pas les noms de Hugo ou Lamartine et ne possédant que des ouvrages scientifiques. On croise, chemin faisant, des inventions proches des actuels ordinateurs, photocopieuses, voitures… On a pu y voir quelques anticipations réelles sur le siècle suivant (supplantation du français par l’anglais, chant hurlé en musique, expansion du trafic, création des banlieues périphériques, machinisation extrême du travail et culte du profit au détriment des vies humaines…). La portée visionnaire de ces éléments, s’ils anticipent effectivement sur le siècle suivant, sont à relativiser dans la mesure où les prémices de  certains de ces phénomènes pouvaient être perceptibles quand Verne écrivait. Le refus de Hetzel de publier ce roman, qu’il tenait notamment pour invraisemblable, se justifiait peut-être plus par l’idée de disparition de la littérature au profit des seuls ouvrages scientifiques, perspective pessimiste par ailleurs peu en conformité avec la ligne éditoriale de Hetzel.

Une salle de rédaction du futur
Les vieilles habitudes ne changent pas…

O. Uzanne (auteur), A. Robida (illustrateur), « La fin des livres » dans les Contes pour les bibliophiles (1895)

                Le conte d’Octave Uzanne « La fin des livres » (dans les Contes pour les bibliophiles, 1895) était peut-être plus à même de susciter l’adhésion de son lectorat, même s’il se présente comme une fantaisie, certes un peu inquiète de la part d’un bibliophile (donc d’un homme qui attache une valeur toute particulière à la matérialité du livre et à sa qualité, je préfère le préciser). Le conte décrit une société futuriste où le livre a disparu au profit de la technique. De nombreuses inventions électriques permettent de recevoir le texte, l’image, et même le son par des procédés d’enregistrements et de diffusions. Les illustrations de Robida, qui a collaboré de manière très concertée avec Uzanne, donnent à voir des images qui ne nous sont, pour le coup, pas tout à fait étrangères. Albert Robida avait lui-même investi la question de l’électricité en en projetant les possibilités dans l’avenir dans La Vie électrique. Je donne ici à voir quelques images qu’il a produites lui-même pour son livre (il était écrivain et illustrateur) qui montrent la tonalité fantaisiste et légère du roman : l’électricité vient plutôt ici ouvrir le champ des possibles pour libérer l’imagination. Cependant, comme chez son ami Uzanne, une certaine angoisse semble affleurer derrière la fantaisie, tant les images agoniques sont nombreuses et tant le spectre de la destruction plane souvent sur ces pages, parmi les engins volants non encore identifiés et très spéculatifs (mais qui n’égalent pas en infaisabilité la bicyclette d’assaut à mon sens). Même lorsqu’il n’est pas question d’elle, l’électricité est partout, dans ses images, hantant les paysages par le truchement des fils électriques qui quadrillent le ciel et manifestent concrètement la présence de cette énergie impalpable. Enfin, une allégorie de la fée électricité apparaît au milieu de ces pages et vient dire deux choses : d’une part, l’inquiétude entourant l’usage répandu de l’électricité puisque Robida délivre une version guerrière et menaçante de cette allégorie, d’autre part, le succès de ces représentations à cette époque puisqu’elles sont encore reconnaissables dans leur version détournée. Avide de caricatures, le XIXe siècle finit donc par détourner ses propres détournements : à peine installée, la fée électricité est déjà « pervertie » par l’inquiétude fin-de-siècle.     

A. Robida (illustrateur et auteur), Le Vingtième siècle. La vie électrique (1890) – couverture et allégorie de l’électricité

Le Vingtième siècle. La vie électrique, galerie

Certaines illustrations semblent anticiper sur la guerre moderne et industrialisée qu’inaugurera le premier conflit mondial…
D’autres, appartiennent bien à leur époque, mais si la bicyclette, qui remplace la draisienne, est un signe de modernité…
La sortie à l’opéra se fera évidemment par les airs. Ce moyen de locomotion se déclinera en des formes variables dans les productions de SF et deviendront un véritable poncif. Il est intéressant de noter que le ciel est également saturé de fils électriques.
Enfin, certaines illustrations donnent à penser une curieuse inflexion de la figure du génie humain qui prend la forme de l’inventeur manipulant le vivant (à la louche) ou du génie dont le corps s’atrophie jusqu’à régresser à l’état infantile, au profit du cerveau qui s’hypertrophie.

Image de l’inventeur, entre génie et sorcier

Les réticences, les appréhensions, les doutes qu’expriment ces auteurs vis-à-vis du progrès, par ailleurs très ponctuel parfois (Jules Verne écrira des œuvres plus enthousiastes par la suite), plus radicaux encore chez les décadents et les symbolistes, ne doivent pas nous induire en erreur. L’ambiance générale de l’époque donne plutôt à voir une célébration de l’industrie, certes pas unanime, mais fêtée par les instances officielles et un large public. Parmi les événements officiels attisant la curiosité des foules, retenons notamment l’Exposition internationale d’électricité qui se tient en 1881 à Paris et donne à apprécier l’utilisation de l’électricité dans des domaines variés : des inventions comme le téléphone, le théâtrophone ou les ampoules concernent quotidienne, le tramway, qui quadrillera plus tard la vie de Paris, laisse présager une révolution dans le domaine des transports, le travail et les loisirs sont évidemment concernés… La notion d’« exposition » accolée à l’électricité indique bien la volonté de matérialiser et de visibiliser cette énergie prometteuse autant que mystérieuse.

                Surtout, c’est l’occasion pour Edison de faire une démonstration de force : après avoir fait éteindre le gaz d’une rue, qui se retrouve alors plongée dans l’obscurité, il baisse un levier et, instantanément, les ténèbres s’illuminent. L’effet spectaculaire s’apparente à un tour de magie, et la vocation d’un tel geste semble plus d’impressionner que d’éduquer le public assemblé. Edison participe en cela à la société du spectacle naissante et importe une manière de galvaniser les foules que l’on qualifie alors d’ « américaine ». De manière péjorative, est alors qualifié d’ « américain » ce qui frappe les sens plutôt que l’intellect, qui ne vise qu’à impressionner, parfois grossièrement, en d’autres termes, ce que nous appelons ici le « sensationnalisme ». Edison un personnage qui sait se mettre en scène, convie souvent la presse à assister à sa mise en spectacle de la science, parfois dans des performances scientifiques scabreuses pour notre époque : ainsi filme-t-il l’exécution de l’éléphant Topsy, en 1903, condamné à l’électrocution pour avoir tué un employé qui avait tenté de lui faire avaler des cigarettes allumées (vous avez bien lu). Il tend volontiers à se présenter comme un personnage fantastique et nous retrouvons à cet égard l’innutrition, dans le domaine technologique, du vocabulaire merveilleux (on le surnommait notamment le « sorcier de Menlo Park »). Ce n’est pas pour rien que le scientifique qui fabrique l’ « andréïde » dans L’Eve future de Villiers, susmentionné, n’est autre que Thomas Edison (qui de mieux en effet qu’un scientifique américain pour incarner le saccage de l’idéal poétique, en vertu de l’association de l’américanisme à la vulgarité évoquée plus haut).       

Exposition universelle de 1900, Paris, Palais de l’électricité

L’électricité est évidemment très présente dans l’Exposition universelle de 1889, qui célèbre à Paris le centenaire de la Révolution, mais plus encore en 1900, toujours à Paris, pour faire le « bilan du siècle ». Cet événement, qui veut résumer le progrès technologique accompli durant le siècle en même temps qu’exalter ses promesses futures, sera un immense succès puisque 50 millions de visiteurs et visiteuses s’y presseront durant les quelques mois de sa durée, soit plus que la population du pays à l’époque. L’électricité y est omniprésente, soumise à des utilisations plus ou moins fantaisistes, et est célébrée notamment dans le Palais de l’Electricité, un bâtiment éclairé de lumières complexes et colorées la nuit par des projecteurs et émerveillant les foules avec ses « fontaines lumineuses ». La désignation du lieu (palais), si elle peut avoir une connotation politique à la mesure de l’ampleur de la célébration, a évidemment des résonances merveilleuses.

Fortune de l’expression : l’exemple de R. Dufy

 

Raoul Dufy, La Fée électricité, 1937

 

    La première guerre mondiale semble avoir scellé le divorce entre science industrielle et féérie : les massacres de masse permis notamment la l’industrialisation des moyens militaires a refroidit les enthousiasmes et réhabilité des inquiétudes déjà exprimées, nous l’avons vu, à la fin du siècle précédent. La locution tend à disparaître en même temps que le réflexe consistant à associer dans l’imaginaire science et merveilles. Pourtant, elle réapparaît ponctuellement, pour titrer une œuvre monumentale de Raoul Duffy, La Fée électricité. Cette œuvre de commande (donc officielle, malgré les origines artistiques peu académiques de son auteur) réalisée pour l’Exposition universelle de 1937 se déploie en 250 panneaux peints à l’huile et à l’encre de chine et sur 624 mètres carrés. Il a été le plus grand tableau au monde jusque dans les années 1970 et s’apparente ainsi à une consécration, tardive mais spectaculaire, de la « fée électricité ». Proche du panorama, elle fait apparaître, dans sa partie inférieure, 110 savants qui ont contribué aux progrès de l’électricité, elle se veut donc bien un véritable hommage monumental, mémorial qui a nécessité un temps de documentation conséquent.

vue d’ensemble et détail

Outre l’aspect coloré cher à Duffy (renvoyant ici à la lumière électrique), on note un entremêlement de mythologie et de science, de symboles et de figures réelles, qui récapitule les précédentes représentations que nous avons vues en les extrayant de la forme rigide de l’allégorie et de ses codes pour les libérer dans un vaste espace aux formes et aux couleurs affranchies. Il faut se souvenir que Dufy a appartenu à une génération qui dès le début du siècle a voué une admiration sans bornes pour le progrès technique et a vu des potentialités poétiques et esthétiques dans le dynamisme du monde moderne. Ce véritable engouement pour la modernité technique ouvrant le XXe siècle et faisant suite au pessimiste et au rejet fin-de-siècle s’est notamment retrouvé chez les artistes futuristes, Delaunay, en littérature, chez Cendrars ou Apollinaire… Qui ont vu dans le progrès techniques un laboratoire de formes à même de redynamiser la création en lui ouvrant de nouvelles perspectives.

Robert Delaunay, Hommage à Bleriot, 1914
Comme sa femme, Sonia, Robert Delaunay s’intéresse à la modernité technique et industrielle qui trament ses œuvres sur le plan des thématiques (ici, la tour Eiffel et surtout l’aviation) mais aussi, conséquemment, sur son traitement du mouvement et de la lumière.
Russolo, Dynamisme d’une automobile, 1913
Le futurisme est un mouvement artistique italien (notamment poétique et pictural) qui promeut la modernité industrielle et poétise l’élan en avant, la destruction du passé, le dynamisme et la vitesse. Cela se traduit notamment par un travail sur la représentation du mouvement, comme la diffraction ou la décomposition.
Giacomo Balla, Réverbère, 1919
Cet intérêt pour le progrès technique n’est donc pas seulement une fascination thématique : il impacte directement la forme et concerne notre façon de percevoir. On s’intéresse donc à la perception des mouvement, mais aussi de la lumière, dont on tente une représentation nouvelle, inspirée des traités d’optiques et auxquelles l’électricité prend part.


Citer ce billet
Emmanuel Boldrini (2020, 28 mars). Un conte de faits : la “fée électricité”, merveille de la raison (2). p/fiction. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/st8g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search