Première approche notionnelle. Didactisme, sensationnalisme (1)

Définitions :

Un contenu à vocation didactique vise à enseigner des savoirs ou des méthodes. Cette volonté d’instruire est évidemment le propre du projet scolaire (enseignement, pédagogie), mais elle se retrouve dans des productions plus larges. Certains ouvrages, certaines revues (aujourd’hui, certains contenus télévisuels ou numériques) tendent à l’atteindre. C’est le cas des ouvrages de vulgarisation, mais d’autres publications peuvent avoir, plus ponctuellement, une vocation plus ou moins didactique. Ce projet tend avant tout à la facilitation de l’accès au savoir, plutôt qu’à l’exposition brute de discours savants.  

Parmi les moyens d’atteindre cette ambition, le sensationnalisme a un intérêt double : il attire l’attention du public sur le sujet (en cela, l’instruction touche le public par une voie indirecte) et permet une assimilation plus naturelle du savoir. Le sensationnalisme, comme son nom l’indique, fait effectivement appelle aux sens, en particulier à la vue, qu’il vise à impressionner. Il peut donc être un moyen pour parvenir au didactisme, un outil de mise en circulation efficace du savoir, ou être tout à fait étranger à cette ambition et valoir pour lui-même. Pensons au gigantisme industriel, sur lequel nous nous arrêterons : un bâtiment comme la tour Eiffel se distingue par son seul sensationnalisme ; bien qu’elle véhicule un certain message idéologique (toute puissance de l’industrie humaine, supériorité nationale…) elle ne se définit ni par son utilité ni par son caractère artistique (l’art abstrait n’est pas encore concevable dans les années 1880).

Cas pratique 1 :

Réclame (publicité) pour Flammarion/ Zimmermann, Le Monde avant la création de l’homme, 1886.

Cette affiche pour Le Monde avant la création de l’homme datant des années 1880 est révélatrice des tensions possibles entre sensationnalisme et didactisme.

Globalement, l’image montre un dinosaure appuyé contre un immeuble. C’est un topos de la représentation des dinosaures, encore largement reconduit au siècle suivant, qui permet à la fois de donner un référent, une échelle assimilable par le public et d’insister sur le gigantisme de l’animal. Autrement dit, la présence de l’immeuble sert à communiquer une information d’ordre scientifique (didactisme) et à susciter l’étonnement (sensationnalisme). Ce double objectif est lisible dans la légende qui propose une condition virtuelle (« ressucité » [sic], nous sommes donc dans le domaine de la fiction, comme l’indique également l’emploi du conditionnel) et une information claire et chiffrée (« il dépasserait… ») mais qui se réfère à un élément visuel, éprouvé par les sens (les étages), plutôt qu’à une unité de mesure abstraite. Les points d’exclamation et la typographie en bâtons renforcent le caractère étonnant de l’information.

Or, si l’on tient à vérifier la véracité scientifique de ces informations, donc leur vocation didactique, il apparaît qu’elles ne reconduisent pas les savoirs de l’époque : l’animal en question ressemble à un iguanodon tel qu’il était représenté avant les années 1870, avec une corne sur le nez (qui s’est avérée, après la découverte de 31 spécimens dans une mine belge, être en réalité le pouce) et une allure de lézard. Cela dénote une faible pénétration du savoir paléontologique récent, ou, du moins, de l’aspect processuel de la circulation des découvertes récentes dans la culture populaire. La taille est également largement exagérée, l’image comme la légende sont donc erronées. C’est donc bien ici le sensationnalisme qui prime, aux dépens du didactisme. Cette volonté d’impressionner est également palpable à travers certains choix esthétiques : notamment la reconstitution (spéculative) des couleurs et motifs de la peau (qui attirent l’œil), la collerette dorsale épineuse (qui renvoie à la figure bien connue du dragon) et la queue de rat (qui ajoute au côté monstrueux et hybride).

Pourtant, si cette affiche est en soi sensationnaliste, elle n’est pas à l’image du contenu du livre qui se révèle plus technique et fidèle aux savoirs de l’époque et dans lequel les dinosaures n’apparaissent qu’au détour de quelques pages (alors que de longs développements sont consacrés aux organismes monocellulaires, à la formation des algues, la taxonomie des mollusques…). Nous avons donc une affiche qui joue sur les sensations pour inviter à consulter (et à acheter !) un ouvrage à vocation didactique.  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.