Première approche notionnelle. Didactisme, sensationnalisme (2)

Cas pratique 2, premier extrait :

 « Mais ce n’était pas tout. Il fallait encore à Cyrus Smith, en vue de sa préparation future, une autre substance, l’azotate de potasse, qui est plus connu sous le nom de sel de nitre ou de salpêtre.

Cyrus Smith aurait pu fabriquer cette substance, en traitant le carbonate de potasse, qui s’extrait facilement des cendres des végétaux, par de l’acide azotique. Mais l’acide azotique lui manquait, et c’était précisément cet acide qu’il voulait obtenir, en fin de compte. Il y avait donc là un cercle vicieux, dont il ne fût jamais sorti. Très-heureusement, cette fois, la nature allait lui fournir le salpêtre, sans qu’il eût d’autre peine que de le ramasser. Harbert en découvrit un gisement dans le nord de l’île, au pied du mont Franklin, et il n’y eut plus qu’à purifier ce sel.

[…]

Pour obtenir l’acide sulfurique, Cyrus Smith n’avait plus qu’une seule opération à faire : calciner en vase clos les cristaux de sulfate de fer, de manière que l’acide sulfurique se distillât en vapeurs, lesquelles vapeurs produiraient ensuite l’acide par condensation.

[…]

Or, pourquoi voulait-il donc avoir cet agent ? Tout simplement pour produire l’acide azotique, et cela fut aisé, puisque le salpêtre, attaqué par l’acide sulfurique, lui donna précisément cet acide par distillation.

Mais, en fin de compte, à quoi allait-il employer cet acide azotique ? C’est ce que ses compagnons ignoraient encore, car il n’avait pas dit le dernier mot de son travail.

Cependant, l’ingénieur touchait à son but, et une dernière opération lui procura la substance qui avait exigé tant de manipulations.

Après avoir pris de l’acide azotique, il le mit en présence de la glycérine, qui avait été préalablement concentrée par évaporation au bain-marie, et il obtint, même sans employer de mélange réfrigérant, plusieurs pintes d’un liquide huileux et jaunâtre.

Cette dernière opération, Cyrus Smith l’avait faite seul, à l’écart, loin des Cheminées, car elle présentait des dangers d’explosion, et, quand il rapporta un flacon de ce liquide à ses amis, il se contenta de leur dire :

Voilà de la nitro-glycérine ! »

Jules Verne, L’Île mystérieuse, Chap. XVII

Jules Verne, L’Île mystérieuse, illustration de Jules Férat

Cette « robinsonnade » datant de 1875 est révélatrice de la portée didactique en même temps que sensationnaliste de l’écriture vernienne. Ce type de roman d’aventure met en scène des personnages isolés (souvent sur une île), qui doivent dompter les forces de la nature pour assurer leur survie. C’est donc l’occasion de déployer un savoir pratique et de vanter la technicité de l’homme, à même de transformer la nature en culture.

Ici, le groupe qui a échoué sur l’île compte heureusement un ingénieur, Cyrus Smith. C’est surtout en bénéficiant de son savoir que les protagonistes vont peu à peu prendre possession de l’île, l’arracher à sa sauvagerie originaire, et passer de l’état de « naufragés » à celui de « colons », terme a resituer dans le contexte colonial de l’époque, mais plus largement dans celui des grandes explorations extra-européennes (il n’y a pas de peuples autochtones sur ladite île). Dans les deux cas, nous sommes dans un contexte où il s’agit, pour les européens, d’élargir le terrain de la science en même temps que de s’étendre sur le territoire géographique, l’un nourrissant l’autre (conquêtes ou invasions peuvent être menées au prétexte de missions scientifiques, ou peuvent leur donner lieu secondairement et élargir le champ d’observation des savants).

Ce texte est particulièrement marquant par l’usage massif de technolectes (termes spécialisés). Ces lexèmes scientifique (c’est ici la chimie qui est convoquée) peuvent cependant être accompagnés, au seuil de l’explication, par leurs équivalents vernaculaires (noms courants). Cela dénote une ambition didactique et une prise en compte du public de destination. Nous pouvons pousser plus loin ce relevé lexicographique en observant la prolifération des connecteurs temporels (« en fin de compte », « ensuite », « après que »…) qui indiquent bien le caractère processuel de l’opération : on assiste à la fabrication d’un produit en en suivant chaque étape. Les connecteurs logiques (« mais », « donc », « pour », « or », « de manière que »…), également nombreux, donnent au passage des allures de démonstration scientifique.  

Ces deux éléments participent au projet descriptif du texte et présentent une opération autant technique (manuelle, aspect processuel) qu’intellectuelle (aspect démonstratif). Ces deux compétences sont donc mobilisées en vue de la transformation de la matière brute, à laquelle la nature, force à la fois hostile et généreuse, pourvoie, en matière exploitable et utile. Cette transformation de la nature passe par sa domestication, dont la première étape est la nomination (poser des termes savants sur ses éléments, c’est faire un premier pas vers son exploitation). Le projet didactique prend alors tout son sens et se manifeste notamment, ici, par l’usage de questions rhétoriques. Celles-ci mobilisent l’attention du lectorat, lui suggèrent implicitement une auto-évaluation de ses propres connaissances et achèvent de donner une tournure scolaire à la démonstration. Cet aspect scolaire est renforcé par l’illustration : l’absence de perspective permet de dessiner une scène, un espace qui concentre l’attention sur l’essentiel. Les personnages sont dans une position d’observateurs passifs (ils relaient en cela notre regard) : ils écoutent la leçon. La figure de Cyrus, en revanche, est centrale : lui et son produit sont notamment mis en valeur par une diagonale plus claire qui traverse la gravure du haut-gauche au bas-droit. Enfin, son geste ample est clairement démonstratif, nous sommes au moment résultatif correspondant à la dernière phrase du passage. Ce parti pris de représenter le moment de l’achèvement de l’opération correspond à la dynamique du texte qui emploie la prolepse (retour en arrière) pour évoquer des étapes hors texte, des préparations en amont et recentrent l’opération sur un temps bref. Cela participe à un effet d’attente du résultat, nourrit la curiosité, mais opacifie aussi le déroulé de l’opération.

            Ce dernier élément ne doit pas nous étonner : le texte ne vise peut-être pas à une limpidité absolue concernant le processus qu’il décrit. Plutôt que de transmettre un savoir, il s’agit de proposer un point de vue sur le savoir lui-même. Ce passage trahit une vision démiurgique  du savant (il créé quelque chose à partir de rien, transforme la matière brute en objets utiles), que l’illustration exploite bien, en le baignant de clarté, notamment. Le savoir total du savant polymathe (dont les champs de compétences sont multiples) est supposé bénéficier à l’ensemble de la société, ici, les autres naufragés, qui a tout intérêt à assimiler ce savoir si elle veut être capable de s’assumer comme civilisation, donc de domestiquer la nature par la connaissance et la technique.

Cas pratique 2, second extrait :

« Ceci fait, Cyrus Smith prit l’extrémité de la fibre soufrée, il l’alluma, et, quittant la place, il revint retrouver ses compagnons aux Cheminées.

La fibre devait brûler pendant vingt-cinq minutes, et, en effet, vingt-cinq minutes après, une explosion, dont on ne saurait donner l’idée, retentit. Il sembla que toute l’île tremblait sur sa base. Une gerbe de pierres se projeta dans les airs comme si elle eût été vomie par un volcan. La secousse produite par l’air déplacé fut telle, que les roches des Cheminées oscillèrent. Les colons, bien qu’ils fussent à plus de deux milles de la mine, furent renversés sur le sol.

Ils se relevèrent, ils remontèrent sur le plateau, et ils coururent vers l’endroit où la berge du lac devait avoir été éventrée par l’explosion…

Un triple hurrah s’échappa de leurs poitrines ! Le cadre de granit était fendu sur une large place ! Un cours rapide d’eau s’en échappait, courait en écumant à travers le plateau, en atteignait la crête, et se précipitait d’une hauteur de trois cents pieds sur la grève ! »

Jules Verne, op. cit.

Jules Verne, L’Île mystérieuse, illustration de Jules Férat

Ce passage fait suite à la confection de l’explosif par Cyrus. L’emploi du passé simple qui l’ouvre, temps de l’action brève, indique qu’il est soumis à un régime différent, d’autant plus que les verbes sur lesquels il s’applique sont souvent des verbes qui dénotent le mouvement et qui s’enchaînent (« ils se relevèrent, ils remontèrent […] et ils coururent »). Le caractère mouvementé du passage est lisible dans l’illustration : à la position professorale du personnage dans l’illustration précédente répond celle instable de la course, ici saisie entre deux mouvements. Aussi, à la planéité de la perspective du passage de la confection répond la profondeur de celle-ci, dans laquelle Cyrus peut prendre la fuite.

Le personnage est encadré par deux éléments, au premier plan, qui viennent signaler le danger et sont des indices de tension : la mèche qui se consume et l’explosif qu’elle s’apprête à rejoindre. Le moment représenté est donc l’instant avant l’explosion plutôt que l’explosion elle-même. Ce contournement du moment critique suit la dynamique du texte qui procède lui-même par contournements, atteint son but par l’indirection : pour évoquer l’explosion, on insiste sur son caractère indescriptible, via une tournure hyperbolique (« dont on ne saurait donner l’idée »). Cette insuffisance du langage devant l’intensité de l’événement est palliée par l’usage de la comparaison et de la personnification (« comme vomie par la bouche d’un volcan »), deux procédés permettant la suggestion, la mobilisation de l’imagination du lectorat, à même de restituer ce qui ne peut être décrit. Ce spectacle est enfin couronné par une réponse proportionnée des protagonistes qui en souligne l’ampleur, réponse marquée par des interjections purement expressives, sans autre contenu sémantique (les triples « hurrah »), et une ponctuation appropriée (les points d’exclamation).

Contrairement à l’extrait précédent, ce passage se distingue par son sensationnalisme. L’intérêt de ce parti pris est double : d’une part il dynamise l’économie narrative en scandant les séquences explicatives par des actions tendues, facilitant ainsi leur assimilation. D’autre part, il pose la technicité humaine, informée par la science, comme véhicule de spectacles grandioses et vectrice de modifications en profondeur d’une nature devenue impuissante, au terme d’un jeu de concurrence (que dit bien la comparaison avec le volcan) duquel le savant sort toujours vainqueur.        


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.