Deuxième approche notionnelle. textes, images (1)

Les salons et la critique d’art

Au  XVIIIe siècle apparaissent les premières expositions publiques (occasionnelles, environ une fois par an) de l’Académie au Palais du Louvre (ancien Musée du Louvre). Ce sont des occasions inédites de présenter l’art au public. Les images se diffusent peu à cette époque et ces expositions ne sont visitées que par une certaine élite.

Diderot écrit des comptes rendus, ancêtres de la chronique artistique, qui rencontrent un grand succès dans les classes cultivées et lettrées : ce sont les « Salons », du même nom que lesdites expositions publiques.

Le Louvre devient vraiment musée après la Révolution. Cela correspond à un projet d’ouverture, de volonté de démocratisation de l’art dans le sillage de la Révolution : il s’agit de rendre l’art accessible au peuple. Mais aussi d’une certaine fermeture, d’une volonté de préservation contre le vandalisme : il s’agit donc aussi de soustraire les œuvres à la potentielle violence insurrectionnelle.

Dans cette perspective, on créé aussi, aux lendemains de la Révolution, le Musée des monuments français qui, selon une vocation similaire, va conserver et exposer des monuments, des sculptures, des éléments architecturaux, menacés ou détruits par les insurgés. Va alors se développer une esthétique des ruines qui va nourrir la nostalgie existentielle, poétique et politique des romantiques, mais que l’on retrouve aussi dans d’autres pays (ici, Caspar David Friedrich, au début du XIXe siècle) :

Pendant ce temps s’opère une rapide démocratisation des Salons : malgré l’ouverture de musées, avec des collections permanentes, le Salon (toujours officiel, lié à l’Académie) continue d’exister et rassemble une population plus vaste et variée (entre temps, prolifération de la classe bourgeoise dans le sillage de la révolution industrielle).

Les Salons de Diderot vont inspirer ceux d’écrivains du XIXe (Stendhal, Baudelaire…) mais, l’époque ayant changé, ils n’assument plus le même rôle :

– l’ouverture du mécénat, la soumission de l’art à la loi du marché plutôt qu’au protectorat royal (même si les commandes publiques ne cessent pas d’exister), implique de donner un rôle plus important à la vox populi.

– L’écrivain se fait une place dans le monde nouveau du journalisme, qui se professionnalise, et devient un acteur de l’affûtage du goût du public.

Jean Auguste Bard, Inauguration de la galerie des Batailles en 1837

Il serait cependant hâtif de parler de réel démocratisation,ces événements s’adressent encore largement à la haute bourgeoisie et à l’aristocratie. Cependant, la diffusion des Salons (écrits), des comptesrendus, la multiplication des espaces réservés dans les journaux, encouragés par l’essor de la presse, permettent une appropriation des débats artistiques par un public plus large.

François Biard, Quatre heures au Salon de 1847

Exemple 1 : Baudelaire et Delacroix

« Par le premier et rapide coup d’œil jeté sur l’ensemble de ces tableaux, et par leur examen minutieux et attentif, sont constatées plusieurs vérités irréfutables. D’abord il faut remarquer, et c’est très important que, vu à une distance trop grande pour analyser ou même comprendre le sujet, un tableau de Delacroix a déjà produit sur l’âme une impression riche, heureuse ou mélancolique. On dirait que cette peinture, comme les sorciers et les magnétiseurs, projette sa pensée à distance. Ce singulier phénomène tient à la puissance du coloriste, à l’accord parfait des tons et à l’harmonie (préétablie dans le cerveau du peintre) entre le couleur et le sujet. Il semble que cette couleur, qu’on me pardonne ces subterfuges de langage pour exprimer des idées fort délicates, pense par elle-même, indépendamment des objets qu’elle habille. Puis ces admirables accords de sa couleur font souvent rêver d’harmonie et de mélodie, et l’impression qu’on emporte de ces tableaux est souvent musicale. Un poète a essayé d’exprimer ces sensations subtiles dans des vers dont la sincérité peut faire passer la bizarrerie :
Delacroix, lac de sang, hanté des mauvais anges,/ Ombragé par un bois de sapins toujours vert,/ Où, sous un ciel chagrin, des fanfares étranges/ Passent comme un soupir étouffé de Weber »

Charles Baudelaire, « Delacroix », Salon de 1855

Delacroix, La chasse aux lions, 1854 (détail)

Exemple 2 : Baudelaire et Goya

« Goya est toujours un grand artiste, souvent effrayant. Il unit à la gaieté, à la jovialité, à la satire espagnole du bon temps de Cervantès, un esprit beaucoup plus moderne, ou du moins qui a été beaucoup plus cherché dans les temps modernes, l’amour de l’insaisissable, le sentiment des contrastes violents, des épouvantements de la nature et des physionomies humaines étrangement animalisées par les circonstances. C’est chose curieuse à remarquer que cet esprit qui vient après le grand mouvement satirique et démolisseur du dix-huitième siècle […] ait tant rêvé sorcières, sabbat, diableries, enfants qu’on fait cuire à la broche, que sais-je ? toutes les débauches du rêve, toutes les hyperboles de l’hallucination, et puis toutes ces blanches et sveltes Espagnoles que de vieilles sempiternelles lavent et préparent soit pour le sabbat, soit pour la prostitution du soir, sabbat de la civilisation ! La lumière et les ténèbres se jouent à travers toutes ces grotesques horreurs. Quelle singulière jovialité ! Je me rappelle surtout deux planches extraordinaires : — l’une représente un paysage fantastique, un mélange de nuées et de rochers. Est-ce un coin de Sierra inconnue et infréquentée ? un échantillon du chaos ? Là, au sein de ce théâtre abominable, a lieu une bataille acharnée entre deux sorcières suspendues au milieu des airs. L’une est à cheval sur l’autre ; elle la rosse, elle la dompte. Ces deux monstres roulent à travers l’air ténébreux. Toute la hideur, toutes les saletés morales, tous les vices que l’esprit humain peut concevoir sont écrits sur ces deux faces, qui, suivant une habitude fréquente et un procédé inexplicable de l’artiste, tiennent le milieu entre l’homme et la bête.
L’autre planche représente un être, un malheureux, une monade solitaire et désespérée, qui veut à toute force sortir de son tombeau. Des démons malfaisants, une myriade de vilains gnomes lilliputiens pèsent de tous leurs efforts réunis sur le couvercle de la tombe entrebâillée. Ces gardiens vigilants de la mort se sont coalisés contre l’âme récalcitrante qui se consume dans une lutte impossible. Ce cauchemar s’agite dans l’horreur du vague et de l’indéfini. »


Charles Baudelaire, « Quelques caricaturistes étrangers », Curiosités esthétiques, 1857

Goya, Los Caprichos (1799) « Quien lo creyera »
Goya, Los Caprichos (1799), « y aun no se van »
Goya, Sabbat, vers 1800

« Goya, cauchemar plein de choses inconnues,/ De fœtus qu’on fait cuire au milieu des sabbats,/ De vieilles au miroir et d’enfants toutes nues,/ Pour tenter les démons ajustant bien leurs bas […] »
Charles Baudelaire, « Les phares », Les Fleurs du mal, 1857 (extrait)

Goya, Les sorcières, vers 1800

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.